• EXTRAIT DU JOURNAL OFFICIEL DE L’UNION EUROPÉENNE

    EN DATE DU 28 JANVIER 2016

    RÈGLEMENT UE 2016/72 du CONSEIL du 22 JANVIER 2016

    Article 10

    Mesures relatives à la pêche du bar

    1.   Il est interdit aux navires de pêche de l'Union de pêcher du bar dans les divisions CIEM VII b, VII c, VII j et VII k, de même que dans les eaux des divisions CIEM VII a et VII g situées à plus de 12 milles marins des lignes de base relevant de la souveraineté du Royaume-Uni. Il est interdit aux navires de pêche de l'Union de détenir à bord, de transborder, de transférer ou de débarquer du bar capturé dans cette zone.

    2.   Du 1er janvier au 30 juin 2016, il est interdit aux navires de pêche de l'Union de pêcher du bar et de détenir à bord, de transborder, de transférer ou de débarquer du bar capturé dans les zones suivantes:

    a) Les divisions CIEM IV b, IV c, VII d, VII e, VII f et VII h;

    b) Les eaux situées à moins de 12 milles marins des lignes de base relevant de la souveraineté du Royaume-Uni dans les divisions CIEM VII a et VII g.

    Par dérogation au premier alinéa, les mesures suivantes s'appliquent dans les domaines visés à cet alinéa:

    a)  Un navire de pêche de l'Union déployant des chaluts de fond et des sennes peut détenir à bord des captures de bar qui ne dépassent pas 1 % en poids du total des captures d'organismes marins détenues à bord;

    b) En janvier 2016 et du 1er avril au 30 juin 2016, les navires de pêche de l'Union utilisant des hameçons et palangres et des filets maillants fixes peuvent pêcher du bar ainsi que détenir à bord, transborder, transférer ou débarquer du bar capturé dans cette zone, dans des quantités n'excédant pas 1 300 kilogrammes par navire et par mois.

    3.   Du 1er juillet au 31 décembre 2016, il est interdit aux navires de pêche de l'Union utilisant des hameçons, palangres et filets maillants fixes de pêcher du bar dans des quantités excédant 1 300 kilogrammes par navire et par mois, ainsi qu'aux navires de pêche de l'Union utilisant d'autres engins de pêcher du bar dans des quantités excédant 1 000 kilogrammes par navire et par mois:

    a) Dans les divisions CIEM IV b, IV c, VII d, VII e, VII f et VII h.

    b) Dans les eaux situées à moins de 12 milles marins des lignes de base relevant de la souveraineté du Royaume-Uni dans les divisions CIEM VII a et VII g.

    Durant cette période, il est également interdit aux navires de pêche de l'Union de détenir à bord, de transborder, de transférer ou de débarquer des quantités de bar excédant les quantités fixées au premier alinéa capturées dans ces zones.

    4.   Les limites de capture fixées aux paragraphes 2 et 3 ne sont pas transférables d'un mois à l'autre ou entre des navires. Les États membres notifient à la Commission les captures de bar par type d'engin, au plus tard 20 jours après la fin de chaque mois.

    Pour les navires de pêche de l'Union utilisant plus d'un engin au cours d'un mois calendrier, il est fait application de la limite de capture la plus faible fixée au paragraphe 3 pour tout type d'engin.

    5.   Du 1er janvier au 30 juin 2016, dans le cadre de la pêche récréative dans les divisions CIEM IV b, IV c, VII a, et de VII d à VII h, seul le pêcher-relâcher de bar, y compris depuis la côte, est autorisé. Durant cette période, il est interdit de détenir à bord, de transborder, de transférer ou de débarquer du bar capturé dans cette zone.

    6.   Dans le cadre de la pêche récréative, y compris depuis la côte, pas plus d'un spécimen de bar ne peut être détenu par pêcheur et par jour durant les périodes et dans les zones indiquées ci-après:

    a) Du 1er juillet au 31 décembre 2016 dans les divisions CIEM IV b, IV c, VII a et de VII d à VII h.

    b) Du 1er janvier au 31 décembre 2016 dans les divisions CIEM VII j et VII k. 

    Les zones citées correspondent au nord du 48ème parallèle (Douarnenez à la frontière belge)

    Pêche au bar – Les textes officiels sont publiés


    1 commentaire
  • Le MARIN, le 10 novembre.

    Bar : la Commission européenne veut une baisse drastique en 2016

    La Commission européenne a annoncé ce mardi 10 novembre sa proposition radicale sur le stock nord de bar : au premier semestre 2016, interdiction totale de sa pêche. Puis juste une tonne par mois (professionnels) ou un poisson par jour (récréatifs). Elle « signe l’arrêt de mort de la pêche du bar », s’insurge le député Alain Cadec.

    Au détour de ses propositions de quotas, elle souligne que le stock nord de bar appelle aussi à « des réductions importantes des niveaux de capture ». Elle veut une diminution de 46 % des captures, estimées à 2 656 tonnes en 2015, pour les faire descendre en théorie à 1 449 tonnes. « Irréaliste », « catastrophique », commente le secteur.

    Pour le coup, tous les métiers sont logés à la même enseigne... Quoiqu’elle introduit dans sa proposition de règlement une dérogation durant la période d’interdiction pour les chalutiers démersaux et senneurs danois, pour 1 % au maximum de bar dans leurs prises, sans doute pour couvrir leurs captures accessoires.

     

    Lourdes conséquences

     

    Les mesures prises en 2015 - arrêt des pélagiques, limites mensuelles, taille minimale rehaussée - avaient déjà impacté 75 % des pêcheurs ciblant le bar, a constaté le Comité national des pêches (CNPMEM). Il a préparé en septembre sa proposition pour 2016, en demandant notamment plus de flexibilité : qu’un ligneur ait une limite trimestrielle plutôt que mensuelle, ou un report possible. Et en se fixant sur l’objectif du RMD en 2020, non en 2016.

    La nouvelle proposition de Bruxelles « impacterait très fortement l’ensemble des métiers ciblant le bar, en particulier les petits métiers », s’inquiète le CNPMEM. Pour les pélagiques, la limite d’une tonne revient quasiment au même qu’une interdiction. Et les métiers de l’hameçon n’ont pas de possibilités de report d’activité comme l’ont les pélagiques, qui s’étaient repliés notamment sur le merlu (tout en inquiétant d’autres flottilles). Faire démarrer les petits métiers en juillet pour une saison qu’ils entament généralement en avril-mai, et avec une limite basse, les pénaliserait lourdement.

     

    « Aveuglement bureaucratique »

     

    L’inconnue : si la Commission part volontairement de très bas, ou si elle a réellement la volonté d’aboutir à ce résultat... « C’est l’arrêt de mort de la pêche du bar, aussi bien pour les professionnels que pour les pêcheurs récréatifs, notamment les ligneurs qui pratiquent une pêche responsable !, s’indigne l’eurodéputé Alain Cadec, président de la commission pêche du Parlement européen. Je suis évidemment favorable à des mesures européennes fortes pour protéger le bar, mais il ne faut pas faire n’importe quoi ! »

    Il accuse la Commission de faire « une nouvelle fois preuve d’aveuglement bureaucratique. Elle fait unilatéralement des propositions extrêmes, sans concertation avec les représentants des pêcheurs professionnels et récréatifs, qui sont pourtant prêts à faire des efforts significatifs ». Nul doute que d’autres réactions se feront entendre rapidement.

     


    votre commentaire
  • Venez nombreux!


    votre commentaire
  • La Commission européenne vient de préciser ses intentions sur le bar. Elle proposera en mai le 3e volet des mesures d’urgence, comprenant le passage à une taille minimale de 42 cm pour tous, professionnels (tous engins) et récréatifs.

    Les deux premières mesures d’urgence prises depuis le début de l’année ont consisté à interdire la pêche du bar pour les pélagiques durant la période de reproduction (jusqu’à fin avril), puis à limiter les pêcheurs de loisirs à 3 bars par jour, le tout pour la zone nord. En mai, sa proposition inclura donc le passage de la taille minimale de 36 à 42 cm pour tous, ainsi que des « mesures concrètes pour limiter les captures » pour tous les métiers ayant un impact sur le bar : chaluts pélagiques et démersaux, ligneurs, fileyeurs, senneurs. Ces mesures devront être discutées par le conseil des ministres européens de la Pêche pour une adoption espérée avant l’été, et devraient être valables jusqu’à fin 2015.

    Bar : la Commission propose une taille minimale à 42 cm pour tous

    De nouvelles mesures de gestion seront alors proposées, pour une adoption au conseil des ministres couvrant l’année 2016, mesures qui « pourraient être similaires à celles adoptées en 2015 et seront dans tous les cas basées sur les avis scientifiques attendus pour juin 2015 ». Pour le long terme, un plan pluriannuel sera mis en place, « adopté en 2016 et basé sur les avis scientifiques ».


    votre commentaire
  • La limitation de captures à 3 bars par jour et par pêcheur pour la pêche de loisir est adoptée.

    Quelques extraits du règlement (UE) 2015/523 du conseil du 25 mars 2015 modifiant les règlements (UE) no 43/2014 et (UE) 2015/104 en ce qui concerne certaines possibilités de pêche.

    Parmi les "considérant":

    En juin 2014, le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) a rendu disponible un avis scientifique sur le stock de bar dans l'Atlantique du Nord-Est et a confirmé que ce stock s'appauvrit rapidement depuis 2012. En outre, le comité scientifique, technique et économique de la pêche (CSTEP) a évalué la protection du bar par les mesures nationales en place qui, dans l'ensemble, se sont révélées inefficaces. Le bar est une espèce à croissance lente et à maturité tardive. La mortalité par pêche pour le stock de bar dans l'Atlantique du Nord-Est est actuellement quatre fois supérieure au niveau qui assurerait un rendement maximal durable (RMD).

    La pêche récréative contribue également sensiblement à la mortalité par pêche pour ce stock. Il est donc approprié d'établir des possibilités de pêche sous la forme d'une limitation journalière du nombre de poissons qu'un pêcheur peut détenir dans le cadre de la pêche récréative. La pêche récréative se pratique sous des formes diverses, depuis un navire de pêche récréative ou depuis la côte.

    La décision: Article 11 bis

    Pêche récréative du bar dans l'Atlantique du Nord-Est

     Pour la pêche récréative dans les divisions CIEM IV b, IV c, VII a, VII d, VII e, VII f, VII g, VII h, VII j et VII k, un maximum de trois spécimens de bar peut être détenu, par personne et par jour.»

     Le présent règlement entre en vigueur le jour suivant celui de sa publication au Journal officiel de l'Union européenne, donc le 29 mars.

    La limitation de captures à 3 bars par jour et par pêcheur pour la pêche de loisir est adoptée.

    Restons optimistes, ce jour il n'y en avait qu'un de trop! Pour autant il mesuraient tous plus de 42cm!

    Mais qu'en est il des autres mesures de gestion?

    - Taille minimale de capture à 42cm pour tous.

    - Respect de la même période de repos biologique pour toutes les formes de pêche.

    Quelques informations sur la biologie du bar:

    La limitation de captures à 3 bars par jour et par pêcheur pour la pêche de loisir est adoptée.

    Pour rappel, nous vous invitons à ne pêcher le bar qu'après le 30 avril! Laissons le se reproduire!


    votre commentaire
  • Dernières nouvelles pêche de loisir!

    Tout ce que vous voulez savoir sur l'actualité pêche de loisir, les évolutions de la règlementation sont sur le site du Comité Départemental de la Pêche Maritime de Loisir,

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique